Pour les adultes

Le bégaiement de l’adulte

 

La personne qui bégaie souffre d’une parole « empêchée ». Les répétitions incontrôlables, les blocages, la privent de la possibilité d’exprimer ce qu’elle souhaite. D’un côté elle voudrait dire et d’un autre, elle ne peut pas, ce double mouvement entraînant une fatigue considérable. Si cet effort peu productif s’avère particulièrement décourageant, les personnes qui bégaient montrent une volonté et un courage impressionnants à continuer à vouloir se faire entendre.

Les accidents de parole existent chez tout un chacun mais à la différence des disfluences bègues, ils n’interrompent pas le cours de la parole. Ils contribuent au contraire au bon déroulement de la conversation en permettant des ajustements par des ralentissements, des répétitions, etc. Un réflexe de détente se met automatiquement en place qui les fait généralement passer inaperçus et permet à la parole de continuer en souplesse.

A l’opposé, les disfluences bègues sont très tendues et viennent rompre le flux de la parole par avec des arrêts particuliers comme des blocages en posture pré-phonatoire et des pauses inadéquates. Parallèlement, elles présentent des caractéristiques propres au bégaiement, telle que l’absence de l’anticipation articulatoire des voyelles. Pour dire « sa » par exemple, le locuteur qui bégaie reste figé sur « ssss », dissociant alors la consonne de la voyelle « a » sur laquelle il faudrait prendre appui pour que la syllabe s’enchaîne facilement avec la suite. De même les répétitions de phonèmes isolés – « bbbbbbbbonjour » – sont particulières au bégaiement.

La personne qui bégaie souffre de cette parole « incertaine ». Elle appréhende la prise de parole au cours de laquelle les accidents peuvent survenir sans préavis. L’appréhension se transforme petit à petit en angoisse qui amplifie les difficultés. Lorsque l’accident fait irruption, la sidération cloue sur place celui qui bégaie, l’empêchant de réagir et de recourir à des procédés qui l’aideraient. Bien souvent, les personnes qui bégaient tentent de pallier à cette incertitude en se focalisant sur l’éventualité d’un blocage à venir. Elles anticipent dans l’anxiété le ou les sons redoutés – chacun ayant ses sons particuliers. Elles changent alors de mots, recourent à des périphrases pour l’éviter, mettent en place des formules d’appui envahissantes (« en fait, donc », etc.). Toutes ces conduites d’évitement ne font que renforcer le bégaiement. Certaines personnes parviennent même à camoufler leur bégaiement au prix d’un effort d’évitement constant qui transforme toute interaction voire leur vie en véritable enfer.

En effet, le bégaiement ne se limite pas aux accidents de parole. Il perturbe la communication et la relation aux interlocuteurs. Il entraîne également des sentiments négatifs qui contribuent à entretenir le trouble. La métaphore de l’iceberg, souvent utilisée, permet de décrire l’ensemble des troubles relatifs au bégaiement. La partie émergée de l’iceberg représente toutes les manifestations perceptibles du bégaiement : répétitions, blocages et autres signaux verbaux et para-verbaux, ainsi que les syncinésies, les mouvements corporels et faciaux concomitants au bégaiement. La partie immergée de l’iceberg regroupe les cognitions et les émotions (souvent négatives) qui accompagnent le trouble : honte, anxiété, peur du regard de l’autre…

Les prises en charge de l’adulte qui bégaie s’intéressent à tous ces aspects – les disfluences, la communication, les émotions, etc. – Dénouer les nœuds de ce cercle vicieux demande du temps. Apprivoiser sa parole, mettre en place des changements permet d’apprendre à mieux se connaître. Le bégaiement, par delà la souffrance des années passées, peut alors devenir source d’enrichissement personnel.

 

 

En savoir plus

parole-de-vieBégayer, question de parole, question de vie

Recueil de témoignages

Document inédit en France, ce livre recueille les témoignages de personnes atteintes par un trouble bien méconnu, un tabou : le bégaiement. Face à la moquerie et à la dérision dont ce dernier fait traditionnellement l’objet, les expériences ici partagées touchent en plein coeur. Et elles bouleversent l’image commune de la personne bègue, dont la souffrance est tant ignorée. Présentant une grande diversité de vécus et de cheminements, ce livre vise donc avant tout à briser le tabou du bégaiement et à mettre en lumière la souffrance qui l’accompagne. Par-delà la spécificité du trouble, c’est aussi la rencontre de l’autre et la question de la différence qui résonnent ici, exprimées au travers de vérités nues, qui touchent à l’universel. Pour certains, qui acceptent de faire face à ce trouble et tentent d’y remédier, l’expérience peut devenir chemin de vie, la boue se muer en or.
Editions L'Harmattan - 2009, 210 pages
Ouvrage en vente auprès de l'APB

Goodbye Bégaiement - Guide de voyage pour les aventuriers du bégaiement

Laurent Lagarde

Si vous avez décidé d'agir sur votre bégaiement, voici le guide indispensable pour vous accompagner dans cette aventure, quelle que soit la thérapie que vous aurez choisie.
Si vous vous sentez seul, incompris et perdu dans une impasse, vous allez retrouver le sourire et l'espoir en découvrant les précieux conseils de personnes qui sont passées par les mêmes peurs et épreuves que vous et expliquent comment elles s’en sont sorties !
Vous apprendrez à alléger votre sac des poids qui vous freinent - honte, culpabilité, peur, désespoir, isolement - pour faire le plein d'optimisme, de courage, d'audace et de persévérance.
Chacun vit sa propre aventure mais il existe des points communs qui reviennent sans cesse, un état d'esprit et des attitudes gagnantes. Ce guide vous les présente avec humour et va vous faire gagner du temps.
Editions www.goodbye-begaiement.fr - 2016, 146 pages

le-begaiement-gayrault-poulat1Le bégaiement - comment le surmonter

Marie-Pierre Poulat, Mireille Gayraud-Andel

Le bégaiement est un comportement qu’il est possible de changer ! Cet ouvrage pratique et concret s’inscrit dans une approche cognitivo-comportementale et est conçu pour accompagner, aider, rééduquer, soigner et guérir. Il traite à la fois des aspects physiologiques, génétiques, environnementaux et psychologiques, et propose un véritable guide pour dépasser le bégaiement.
L’objectif de ce livre est de mieux comprendre ce trouble et de donner toutes les clés de traitement aux personnes qui peuvent être concernées. Grâce à une idée conductrice porteuse d’espoir, il montre que travailler sur le bégaiement contribue à conserver – ou à restaurer – son estime de soi.
Guide concret et précis pour les familles et les patients, il est une précieuse aide pour traiter efficacement le bégaiement et retrouver son estime de soi.
Editions Odile Jacob - 2011, 328 pages

conseils-pour-ceux-qui-begaientConseils pour ceux qui bégaient

Traduction française de Laurent Lagarde et Richard Parent

Best-seller depuis des années aux Etats-Unis, « Conseils pour ceux qui bégaient » a été écrit par 28 thérapeutes américains de la parole (orthophonistes, phoniatres, psychologues) en 1998.
Ce qui rend ce livre remarquable, c’est que tous ces spécialistes de la parole ont eux-mêmes bégayé. Chacun d’entre eux sait ce que c’est que de connaître la peur, l’angoisse et le désespoir qui sont souvent le lot des personnes qui bégaient. Tour à tour, les contributeurs expliquent ce qui les a aidés à surmonter leur bégaiement et ils livrent leurs conseils et convictions en s’appuyant sur leur expérience personnelle et toutes celles qu’ils ont vécues avec leurs patients.
Les personnes qui bégaient trouveront dans ce livre des solutions concrètes et des plans d’action; les orthophonistes y découvriront les témoignages de spécialistes du bégaiement internationalement reconnus comme Charles Van Riper, Joseph Sheehan (et sa théorie de l’iceberg du bégaiement) ou Hugo Gregory (créateur de la  technique de l’ERASM).
Editions Goodbye Bégaiement - 2011

Share This